« L'esprit est un... Unissons-nous à la vie pour révéler les guides spirituels qui sont en nous. »

“Que penses-tu du tabou de la mort en Occident ?

-Le tabou de la mort induit de très graves conséquences aussi bien au niveau individuel, qu’aux niveaux social et environnemental.

-Quelles sont les conséquences pour la société française, par exemple ?

-En France, nous baignons dans une série d’idéologies qui fait que beaucoup de responsabilités personnelles deviennent illusoirement la responsabilité d’une seule personne : le chef de l’État.

Or, si une société entière a ce type d’illusions… alors, qui va prendre ses responsabilités au niveau environnemental, au niveau de la justice ou de la répartition des richesses ?

Tout devient la faute d’un seul homme… or cet homme n’a strictement pas les moyens de tout prendre sur lui.

Il y a la famine ? Tuons le roi !

Et après ?

Nous dormirons mieux ?

Nous aurons plus à manger ?

Tuer : c’est prendre le problème à l’envers.

Il faudrait remettre à sa place le chef de l’État, car il est seulement le chef de l’État… ce n’est pas lui qui fait pleuvoir !

-Quel rapport avec le tabou de la mort ?

Ce que tu dis apparaît être hors sujet !

-Le tabou de la mort induit que nous ne réfléchissons pas suffisamment à l’existence et à la spiritualité, ainsi qu’à notre propre mort.

Ne réfléchissant pas à ces sujets, nous prenons le premier ‘sauveur’ pour combler notre manque et qui se trouve être souvent un chef.

Et parmi les chefs, c’est souvent le chef de l’État qui agrège le plus d’illusions.

Or, quand nous réfléchissons à notre propre mort… nous sommes enclins à prendre des décisions capitales sur notre mode de vie.

Quand nous réfléchissons à la spiritualité… nous sommes enclins à réaliser une justice humaine et décente.

Quand nous réfléchissons à l’existence… nous sommes enclins à être plus généreux !

Tous ces manques de réflexions constructives proviennent du tabou de la mort.

-Quelles questions devrait-on davantage poser ?

-Celles des conséquences de chaque acte ou encore mieux de nos habitudes psychiques et langagières en plus des actes.

Très peu de personnes se posent la question des conséquences de leur travail… car de toutes les façons, ‘j’ai un responsable au travail !’ dira le travailleur.

Donc, s’il y a des conséquences, c’est de la faute du responsable… mais il se trouve que mon responsable a lui-même un responsable !

Et ce responsable a un chef, qui a aussi un responsable au-dessus de lui !

Et le tout remonte jusqu’au chef de l’État !

Donc, c’est le chef, du chef, du chef qui est le responsable !

C’est tragique et idiot.

Car tout le monde est responsable de ses actes et du chef qu’il choisit !

Quand nous voyons chaque être, dont nous-mêmes et les chefs, comme mortels et responsables de leurs actes… nous agissons avec beaucoup plus de lenteur, de réflexion et d’intelligence !

-Le tabou de la mort est alors une plaie qui peut amener des êtres intelligents à détruire leur planète ?

-Évidemment !

Lorsque l’on occulte une notion capitale de notre vie… la carte de nos possibles est réduite.

C’est comme un handicapé qui voit se réduire la carte des endroits dans lesquels il peut se rendre.

-Merci à toi.”

Ne Ratez Aucun des Articles du Blog

Et Recevoir Peut-être un Poème Dédié à Vous



Inscription à la newsletter

Envois sécurisés (sans spam)