« L'esprit est un... Unissons-nous à la vie pour révéler les guides spirituels qui sont en nous. »

“As-tu quelque chose à ajouter à l’analyse de ta canalisation d’hier à propos du doute ?

-Je pense que c’était une question très difficile et cette canalisation était tout aussi difficile à comprendre que la question.

La question venait d’une personne se plaignant de douter de tout… d’abord d’elle-même et de ce qu’elle peut faire.

Cette personne a clairement des dons de guérison et de voyance.

Pourtant, elle n’y croit pas.

Et je la comprends bien, puisque j’étais comme elle.

Voici la réponse canalisée face à ses doutes et à la question du pourquoi de tels doutes :

L’expérience du devoir de croire peut vous dire que votre raison ou votre cœur sont plus importants… qu’une croyance.

Vous n’arrivez pas à fonctionner d’une manière conventionnelle, qui privilégie le fait de croire plutôt que de soupeser ?

Acceptez que l’instant soit la source de votre émerveillement, plutôt que celui de votre mémoire d’un fait (ou vision) vu(e) ou entendu(e) par vous ou un autre.

Même le plus grand des guérisseurs peut ne pas pouvoir guérir son propre enfant.

Même l’être le plus éveillé peut se mettre en colère, même si c’est très rare.

Même le plus grand des voyants peut voir ses illusions… tout en croyant voir le futur d’un autre.

Soyez libre de douter de ce qui est à douter.

Soyez détachée de ce qui est à vivre de manière détachée.

-Le devoir de croire n’est pas une expression courante… peux-tu expliquer ce que cela veut dire ?

-Nous sommes trop souvent pris pour des bébés dans notre vie… et nous devons croire tous types d’idées que les systèmes autoritaires nous imposent.

Nous pouvons en avoir un sérieux ras-le-bol… surtout quand la confiance est rompue de la part des personnes représentant l’autorité.

Et alors, nous vivons une crise de la confiance à de nombreux niveaux… et nous finissons aussi par douter de nous-même.

Le devoir de croire est une aberration montée pour éviter les justifications de la part de personnes manipulatrices.

Alors même que Jésus dans son comportement était très respectueux des croyances des autres… il guérissait même comme cela !

Il demandait à une personne malade : crois-tu que je puisse te guérir ?

La personne malade répondait oui… et Jésus disait simplement, qu’il en soit fait ainsi (selon ce que tu crois).

Et la personne malade guérissait !

À mon sens, Jésus n’a pas imposé des idées par la force de la persuasion… il n’en avait tout simplement pas besoin, puisqu’il faisait des miracles.

Les gens de son époque n’avaient pas à croire… ils voyaient les résultats.

Alors, que l’Église romaine (dont nous connaissons tous les perversions médiatisées) a abusé de notre confiance de nombreuses fois dans l’histoire.

Cette Église nous demande que nous nous identifions à des croyants… et même de bons et loyaux croyants !

Alors, que l’identification est déjà fausse pour des personnes haut placées au sein de l’église !

Est-ce que vous êtes d’accord avec ce début d’analyse et que je la publie sur ce blog ?

-Oui, nous sommes d’accord avec cette analyse, nous, les guides.

Et nous souhaitons que tu la publies.

Peux-tu continuer ?

-Il y a un deuxième point difficile à comprendre… il n’est pas demandé de méditer et d’en prendre la posture, mais d’accepter que l’instant devienne la source de l’émerveillement.

C’est-à-dire que l’expérience directe puisse être, à la fois, plus importante qu’un enseignement… et que cette expérience directe soit vécue d’une manière positive, détachée et simple.

Cette phrase désigne donc l’unité de la réalité telle qu’elle est, plutôt que, la compréhension intellectuelle, qui en découle.

Êtes-vous d’accord avec cela ?

-Oui, nous sommes d’accord.

-Le reste de la canalisation est relativement facile à comprendre.

Elle décline sous différentes formes des attachements pour les trancher… vis-à-vis du don de guérison, d’un être éveillé et du don de voyance.

L’interdiction de douter est ensuite remise à sa place, puisque la liberté intérieure lui est préférée.

La dernière phrase est la plus importante : Soyez détachée de ce qui est à vivre de manière détachée.

Ce qui est à vivre de manière détachée est précisément ce qui est indiqué plus haut : les différents dons et les liens avec les personnes, qui représentent le mieux ces dons.

La solution pour appliquer le détachement de tout cela est donnée encore avant… il s’agit de l’émerveillement !

Est-ce que vous avez quelque chose à ajouter ?

-Tu as fini.

-Merci”

Ne Ratez Aucun des Articles du Blog

Et Recevoir Peut-être un Poème Dédié à Vous



Inscription à la newsletter

Envois sécurisés (sans spam)